Accéder au contenu principal

Régionaux de Cross : Résultats & Articles NR

RÉSULTATS

Régionaux de cross-country : Alice Mitard est lancée pour le doublé, Théo Lapouge s’est fait une belle frayeur

Alice Mitard a dominé le cross court féminin et monte en puissance avant les « France » de Vittel.

Alice Mitard a dominé le cross court féminin et monte en puissance avant les « France » de Vittel.  © (Photo NR, Jérôme Dutac)

La Tourangelle, championne de France en titre, a assuré la première place chez les juniors et affiche ses ambitions avant Vittel. L’Indre-et-Loire remporte six victoires, dont quatre en individuels.

De nos envoyés spéciaux à Chartres

En l’absence des catégories benjamins et minimes, ce sont seulement 839 athlètes (603 masculins, 236 féminines) qui ont participé dimanche aux régionaux de cross-country à Chartres. La plupart des courses ont été très animées, la pluie, la boue, le vent et la côte du Rigeard ayant grandement contribué à rendre l’épreuve très compliquée. Tour d’horizon sur trois départements.
L’Indre-et-Loire est à sa place Les têtes d’affiche de l’A3 Tours et de Joué Running ont assuré. Alice Mitard a dominé le cross court féminin. Elle monte en puissance et est programmée pour les championnats de France à Vittel (10 mars) où elle s’attend à une forte opposition alors qu’elle aura pourtant un an d’expérience en plus dans sa catégorie.
Théo Lapouge : la victoire malgré une jolie frayeur De son côté, Théo Lapouge, malgré une jolie frayeur (chute sur le genou), a remporté la cross court. Troisième l’an passé à Plouay en juniors, il vise la même place aux interrégionaux avant de partir un peu dans l’inconnu aux France.
Pour Dode et Holzerny, la logique a été respectée en élite et en masters. Mention spéciale pour avoir été les leaders de leur équipe, qui est également montée sur la première marche.
A ces six titres, il faut rajouter quatre podiums individuels : Descarsin (JR37, 2e en cadets), Chuberre (A3T/FR, 3e en élite femmes), Legout et Barreau (A3T/FR, 2e et 3e en élite masculins). Et quatre podiums par équipes : deux pour le JR37 (2e en cadets et en masters masculins), l’A3T et l’ASPTT Tours (2e et 3e en élite femmes).
Indre : beaucoup mieux que prévu Arrivée sur la pointe des pieds à Chartres, l’Indre est finalement repartie avec deux titres sous le bras. La très grosse surprise vient de Candice Danjoux qui a remporté le titre en juniors. Et en y mettant la manière puisqu’elle a dominé la course de bout en bout pour finir avec 44 secondes d’avance sur sa dauphine. Elle explique par ailleurs que deux favorites étaient absentes, qu’elle s’est lancée dans une stratégie très risquée. Il n’empêche, elle a décroché ce qu’elle n’hésite pas à appeler sa « plus belle victoire depuis que je fais du sport », elle qui se consacrait encore au basket il y a trois ans.
Plus attendue, la première place de l’équipe junior masculine de la Berrichonne de Châteauroux avec trois athlètes dans le top 6 et le quatrième à la 14e place. « On visera le podium aux France », promet Corentin Lefer qui espère, comme Nolan Saudemont, une place dans le top 30, tandis que l’Algérien Mohammed Ben Yattou peut prétendre finir dans les dix premiers. Enfin mention très bien pour Tristan Bourguignon, 9e du court.
Record de podiums pour le Loir-et-Cher Au classement des podiums, c’est le département qui arrive en tête avec un total de 15. Les titres se comptent au nombre de quatre. Les deux en individuels reviennent à Guyon (juniors) – ce qui était attendu – et à Landron (élite femmes) – ce qui constitue la plus grosse surprise de ces régionaux.
Deux collectifs complètent le tableau avec la première place en élite femmes pour l’AJBO, ce qui ne lui était plus arrivé depuis 2007, et le titre pour Vineuil en cross court masculin, ce qui est une jolie confirmation.
Pour les podiums, on relève cinq deuxièmes places pour les Vinoliens Charlotte Degorce (cross court féminin) et Chalier (cross court masculin), pour les Blésoises Sénéchal (élite femmes), Presvots (juniors filles) et pour l’équipe cadettes de l’AJBO ; et donc six troisièmes places pour le Vinolien Lhomme (cross court), la licenciée de l’EVMA, Frey (junior fille), le Mérois Peschard (junior garçon), le Romorantinais Ferrand (masters masculins), les féminines de Vineuil (cross court) et les cadets de Romorantin.
Les Loir-et-Chériens seront 85 dans trois semaines à La Ferté-Bernard (Sarthe) à l’occasion des interrégionaux.
Source : La NR

Cross (championnats régionaux). Les réactions à la descente des podiums

Ils ont terminé à l’une des trois premières places puis ont livré leurs impressions. Satisfactions, déceptions et anecdotes amusantes pour les coureurs d’Indre-et-Loire, de Loir-et-Cher et de l’Indre.

Mitard se méfie de la nouvelle génération. La Tourangelle a dominé le cross court. « Je sais qu’il y a des espoirs 1re année qui arrivent sur le plan national ; elles sont très fortes. » Mais vu comme elle a dominé hier, difficile d’imaginer Alice Mitard ne se succédant pas à elle-même le 10 mars à Vittel. « Mon titre de l’an passé m’a libéré mentalement, admet celle qui est en licence de biologie. Je sortais de plusieurs places de vice-championne sur 1.500 m en cadettes et en juniors. Maintenant, la confiance est là. » Mitard revient aussi d’une sélection internationale à Miramas.
Degorce fait mieux que l’an passé. Troisième l’an passé à Avord, la Vinolienne a gagné une place chez les espoirs. « Les sensations étaient très bonnes et je sortais aussi d’une grosse semaine d’entraînement. » Charlotte Degorce a su braver le vent, le froid et la menace de Jennifer Controis. « Aux interrégionaux, j’aimerais encore décrocher le podium. »
Lapouge éclabousse puis fait une glissade. Le licencié de Joué Running 37 est passé par toutes les émotions. « Devant le passage des stands, je me suis amusé à éclabousser des spectateurs qui étaient un peu près du circuit (rires). » Sauf que dans la dernière boucle, une glissade dans la descente du Rigeard a failli lui coûter la victoire. « J’ai pris un risque pour creuser l’écart, c’était un manque de lucidité. Ça m’a cassé les pattes pendant 50 mètres, mais j’ai bien fini quand même. » Après un passage à l’infirmerie pour soigner ses écorchures, Théo Lapouge, en 3e année de commerce à Bordeaux, pouvait envisager l’avenir avec lucidité. « L’an passé, j’avais fait 3e en juniors, cette fois, ce sera plus dur… »
Chalier partagé en joie et déception. Le Vinolien en a marre de rater le titre régional. « Quand Lapouge est tombé, j’y ai cru, mais je n’ai pas réussi à boucher les cinq derniers mètres. » Il se console avec le titre par équipes ; quatre Verts ayant fini dans le top 10. « On veut le conserver aux inter. » Pour Émile Chalier, le sourire l’a finalement emporté. « J’ai couru devant ma grand-mère, mes tantes et mes oncles qui habitent Chartres, ce n’est pas souvent. Ça fait plaisir. »
Descarsin, après les bras, les jambes. Le Tourangeau a surpris beaucoup de monde en décrochant une belle deuxième place chez les cadets. « On ne me connaît pas. Je ne fais de l’athlé que depuis un an et demi ; avant je jouais au hand ! ». Youenn Descarsin a manqué d’expérience pour monter sur la première marche. « En fait, je me suis blessé deux fois dernièrement (talon, cuisse), donc la course à pied, c’est presque une découverte pour moi. » Une belle découverte pour les autres.
Holzerny vise ses 27es France consécutifs. Le podium masters est le même que l’an passé avec le Tourangeau de 41 ans tout en haut de la boîte. « Je n’ai pas pris de risques, surtout après avoir senti ma cheville partir sur un appui. » Benoît Holzerny est un exemple de régularité sur le cross. « Je n’ai pas raté un France depuis 1993, j’étais alors cadet ». Troisième à Plouay en 2018, ce commercial pour une marque de running pense avant tout collectif. « A La Ferté-Bernard, on voudra récupérer notre titre interrégional. » Pour la pérennité familiale, l’avenir semble déjà assuré : son fils Noa, 8 ans, a remporté le cross de l’Ouest, samedi.
“ Je ne vais pas passer trois jours à chialer… ” Ferrand, contrat rempli. Le Romorantinais voulait finir sur le podium, il l’a fait. « J’ai souffert ; je suis même retrouvé 4e sur la fin. Mais je ne suis accroché. » Pour les inter, il réserve sa participation. « C’est compliqué d’être entraîneur et coureur, car j’ai l’impression que je ne fais pas chaque rôle à 100 % ». Richard Ferrand s’accorde une semaine de réflexion avant de prendre sa décision.
Danjoux n’avait rien prémédité. La Castelroussine crée la sensation du jour en remportant le titre junior. « Quand j’ai vu que les deux grandes favorites, Toulier et Lerosier, n’étaient pas sur la liste des engagées, j’ai pensé que je pouvais monter sur le podium. » Candice Danjoux a fait mieux : elle a pris très vite 300 mètres d’avance sur le peloton et ne s’est jamais relâchée. « Un moment, je me suis dit que j’allais regretter d’être partie si tôt. Et puis, mon coach et mes amis m’ont que l’écart augmentait et ça m’a donné confiance pour en rajouter un peu plus. » L’ancienne basketteuse (1,65 m), trois ans d’athlé seulement au compteur n’est que junior 1re année : ça promet.
Guyon a (un peu) forcé. Sans surprise, le Romorantin a remporté la course des juniors. Plus surprenant, Baptiste, champion de France 2018 en cadets, a dit avoir souffert dans la côte qu’il « n’a pas reconnu avant la course », et a longtemps été au coude à coude avec l’Algérien Ben Yattou (hors championnat). « C’était un super-adversaire et il m’a permis de me tester. Il fallait gagner tout en ayant de bonnes sensations. Contrat rempli. »
Lefer, la valeur ajoutée. La Berrichonne de Châteauroux avait déjà une belle équipe junior. Mais il lui manquait un 4e homme. Le renfort du triathlète vendômois Corentin Lefer a contribué au titre junior par équipes. « C’est le seul club qui m’a contacté. C’est du gagnant-gagnant : je prépare ma saison de D1 avec Le Mans et on espère aller loin aux France, pourquoi pas un podium tous ensemble. »
Sénéchal ne se cherche pas d’excuses. Battue à la surprise générale chez les espoirs par sa coéquipière de l’AJBO Pauline Landron, la championne de France en titre gardait toute sa lucidité. « Elle mérite sa place, c’est une grande athlète. » Sur sa deuxième place, Mathilde Sénéchal explique : « C’était perturbant de la voir à mes côtés, et quand elle est partie, j’avoue que je n’ai pas pu la suivre. » Problème physique ? Décompression après un stage national au Portugal ? « Non, je sortais de bonnes séances d’entraînement. Je pense que c’est une rechute mentale, il va me falloir retravailler dans ce domaine. Sur le moment, c’est dur à accepter, mais je ne vais pas passer trois jours à chialer. Il faut juste changer les choses qui ne vont pas et se remettre au travail. » Belle humilité.
Landron n’en revient pas. Jamais depuis qu’elles se côtoient, la Vendômoise n’avait réussi à devancer Sénéchal. « J’ai beau chercher dans ma mémoire, elle m’avait toujours battue. » Pauline Landron, championne d’Europe junior de triathlon 2018, se découvre de nouvelles sensations. « Je manque de confiance en moi. Mais là, il va bien falloir que je réalise. » Ce qui a fait la différence à Chartres ? « Sur ce terrain-là, je pense que le fait d’être plus costaud qu’elle m’a aidée… »
Les Barreau se tirent la bourre. Y’a pas eu match pour le titre régional seniors : l’A3Tours était beaucoup trop forte. En revanche, y’a eu match au sein même de l’équipe entre les frères Barreau, Louis (27 ans, 3e) et Charles-Henri (31 ans, 4e). « Il m’avait devancé aux départementaux, explique Louis. J’ai pris ma revanche car la côte et la boue m’ont un peu avantagé. » Il n’y a pas de guéguerre entre les deux. « Surtout pas, d’autant qu’il est mon entraîneur » s’amuse le benjamin qui acceptera volontiers être devancé par son aîné à Vittel. « Du moment qu’on est champions de France… »
Source : La NR

Catégories

Infos, Résultats

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :