Comment faire 200km en 7 jours

Suite à mon défi « Objectif 200km en 7 jours » voici le debrief de cette semaine.
En préambule, un défi, un objectif peuvent avoir diverses motivations et cet article ne se présente pas comme une vitrine du dépassement humain😲, mais simplement comme un dépassement de soi par rapport à un vécu de coureur🏃‍ qui m’est propre. Autrement dit, accomplir quelque chose dont je ne connaissais pas le dénouement, ce qui englobe un mélange de certitudes et d’incertitudes physiques et psychologiques.
Quand on veut on peut, rien n’est impossible, no pain no gain…(je vous épargne les autres), mais jusqu’où peut on vraiment aller quand l’on commence à emprunter des chemins qui nous sont inconnus? Qui sait…
Et si vous souhaitez lire de vrais exploits, je vous conseille les périples de Patrick Malandain, 10 000km en 100 jours, soit 100km par jour!
Je vous le dit, un défi c’est personnel😉.

I. Pourquoi faire ça?

Si on m’avait dit au début de l’année que j’aurais l’idée de relever un défi pareil, j’aurais bien rigolé😂.🤣. J’avais d’autres plans…mais le virus est passé par là!
Après un premier confinement expérimental, l’été a été un renouveau d’espoir; puis le second confinement a enterré les espoirs de beaucoup, les miens avec. Le plaisir d’enfiler un dossard, de salir ses chaussures dans la troisième mare de boue parce que la première et la seconde on les évite en imaginant que cela soit les seules du parcours, de se dire qu’on était bien jusqu’au 3ème kilo et qu’après on a explosé parce qu’on est parti trop vite ou encore les ravitos servis par des bénévoles qui viennent l’hiver se les peler🥶 sur le bord des routes pour que nous puissions faire notre course du dimanche, bref tout ça n’a pas eu lieu.

Il y a un mois, alors que je courrotais(verbe de ma fabrication), un certain M.P (je tais son nom volontairement😉) affichait un kilométrage de 130km hebdomadaire sur instagram. Et là, je me suis dit, pourquoi pas moi?
Je suis un coureur lambda qui court 4 à 5 fois par semaine, avec une moyenne kilométrique qui oscille entre 60 et 80km par semaine, et ce depuis 2006 quand j’ai commencé à courir. Bref, rien de bien extraordinaire jusque là. Je suis organisé et j’ai conservé toutes mes données d’entrainement depuis ce temps, et je peux vous dire que jusqu’à ce jour là je n’avais dépassé que 3 fois la barre des 100km sur une semaine, et ma course la plus longue est un marathon!

Je n’aime pas courir longtemps😩, je n’aime pas ces sorties longues de fin de semaine, et 1h15 – 1h30 doit être la durée maximale d’une sortie pour moi.
Alors je lui ai envoyé un message en le félicitant et en lui disant que c’est beau d’être jeune, mais que les vieux😜 ne sont pas encore…si vieux😅! Du coup, dans la semaine du 09 au 14 novembre j’ai parcouru 130,36km en 6 jours.
Content, je me suis rapidement dit: « ok, et après c’est quoi la prochaine étape »(chutttt, je me suis inscrit🥳 au Trail du Sancy entre temps…l’espoir fait vivre🤗). D’abord, je me suis dit 150km, et puis j’ai trouvé ça trop proche de 130. Alors après 150 c’est quoi, 200?…

II. Comment se préparer

200, c’est un chiffre rond, mais pour les calculs j’aurais du choisir 210🤔!! Bref, une fois la distance choisie il faut en mesurer la faisabilité. Donc 200/7=28,57.
Autrement dit environ 29km/jour, ce qui en tablant sur 2 sorties/jour revient à 14,50km/sortie, une le matin et une le soir.
Là je me suis dit que cela paraissait simple🤓.

Second élément à gérer: l’allure. Bah oui, je vais quand même pas partir à fond🏃‍ pour finir sur les rotules quand la semaine va toucher à sa fin. Donc je me suis basé sur mon allure de footing tranquille, soit 5’00 » au kilo (12km/h) et je l’ai ramené à 5’30 » (10,90km/h) pour vraiment réaliser mes sorties tranquillement, l’objectif, qu’il ne faut pas perdre de vue🧐, étant de parcourir 200km, et ce sans se soucier de l’allure.

Troisième élément: gérer le volume des km sur la semaine. Même si je n’aime pas courir au réveil, cela a un avantage: on réfléchi moins bien étant donné que tout n’est pas encore en place, et quand on commence à émerger on est déjà en train de courir. Et puis on apprécie mieux le petit déjeuner🍗🥐 qui vient ensuite! J’ai donc décidé d’aller courir au réveil🥱 du lundi au vendredi, pour 8km. J’avais fais mes petits calculs: 8×5=40, et pour moi cela me semblait 40km faciles, donc après il ne restait que 160km à faire, soit 160/7=22,85, soit 11,4km par sortie, waouh!!! Bientôt je vais même plus avoir besoin d’aller courir!!!😂🤣. Dans tout ça, ma stratégie était de faire un peu plus de km sur les 3 premiers jours et gérer ensuite sur les 4 derniers.

Enfin je suis presque prêt, ne reste plus qu’à faire une sorte de feuille de route quotidienne, visible toute la journée, qui permet de rester concentré sur l’objectif.

Les 3 premières colonnes paraissent évidentes, mais le choix des 2 dernières (une seule aurait pu suffire), et bien c’est l’histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide. Selon l’humeur, on préfère mettre en avant ce que l’on a fait ou bien ce qu’il reste à faire. Souvent les deux lors d’une épreuve. Personnellement, et étant donné que cela ne me plaisait pas de faire ça, j’ai plus souvent regardé la dernière colonne!!
Voilà, tout est prêt, j’ai choisi une semaine avec plus de disponibilités et je me suis lancé🤗!!

III. 5 Jours de Course au lieu de 7

Rassurez-vous, je ne vais pas vous faire un débrief de chaque séance, je vais aller à l’essentiel😋.
La première sortie a confirmé mes prédictions, avec en plus ce côté de la ville qui dort encore. La semaine d’avant j’avais couru 45km donc j’étais frais…mais pas très réveillé. Les sorties à jeun constituent toujours un risque potentiel de blessures musculaires car les muscles et les articulations ne sont pas du tout chauds. Bref, j’ai toujours couru doucement.
La deuxième sortie du matin est celle où j’avais décidé d’enquiller le plus grand nombre de km💪, de manière qu’avec la fatigue accumulée la sortie du soir soit tranquille, et surtout plus courte. Je m’étais basé sur une quinzaine de km…et j’en ai fait 19. Du coup, j’avais déjà fait près de 28km. Devais-je sortir le soir?
Oui, j’y suis allé. Mais entre temps je me suis dit que finalement avec 12km (on gratte par ci par là quelque km) durant cette sortie j’arriverai à 40km, soit 11km d’avance sur le prévisionnel. Et bizarrement je me sentais mieux que sur les 2 sorties précédentes. Donc les 12km ont été une formalité😮!
Ma seule inquiétude avant de me coucher était de savoir dans quel état j’allais me lever le lendemain matin!

Et bien, ce second jour fut une réplique du premier, sans signe particulier de fatigue avancée, ce qui me faisait un total de 80km sur 2 jours, soit 22km d’avance et une moyenne quotidienne réduite à 120/5=24/2=12km/sortie…
Après ma sortie nocturne🌛 du mercredi matin, j’ai regardé ma feuille sur le frigo et je me suis dit: » c’est dommage, ça fait 2 jours que tu fais 40km/jour, tu devrais tenter aujourd’hui de faire un marathon🎖️ sur ta journée, ça fais juste 2 km en plus ». En soi, c’est un objectif dans l’objectif, ce qui permet d’orienter sa pensée sur du très court terme et de se focaliser sur les 2 séances du jour. Bref, cela m’a permis de faire une bonne 2ème séance de 22km en 5’15 » et le soir de conclure cette journée en ayant atteint l’objectif du marathon🏆. Mais cette 3ème journée aller laisser des traces…

Au matin du 4ème jour, j’avais déjà parcouru 122,36km😲. J’étais en avance et…heureusement.
Courbatures et douleurs musculaires ont commencé à se faire sentir dès le réveil. Mais avec ma stratégie je pouvais me permettre d’avoir une journée cool🤙😎. Donc après la sortie aux aurores, j’ai décidé que je n’irai pas courir le soir pour finalement me faire une journée « OFF » à 25km. Mais le soir au diner j’ai quand même culpabilisé🤢 de n’avoir pas fait ma sortie du soir. Et j’ai commencé à ruminer🐮. Toute la nuit. J’ai mal dormi.

IV. Le sprint final

A 4h45, ce vendredi, mes yeux étaient grands ouverts👀. A 4h58 je commençais déjà à courir. Il me restait 51,69km à faire en 3 jours. Plutôt réalisable facilement.
Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? Je me suis donc mis dans la tête que ce vendredi serait le dernier jour. J’ai donc presque doublé ma distance sur la première sortie. Et puis j’ai emprunté d’autres routes, notamment le centre ville de Tours. C’est calme à cette heure🕔.

A 6h00, j’étais chaud patate pour en terminer sur ma deuxième sortie. Il me fallait faire un peu plus de 37km, soit près de 52km sur la matinée! Finalement la journée tranquille de la veille m’avait fait du bien. Hormis une petite douleur au tendon d’Achille🦿 au réveil, je me sentais plutôt bien après mes 15km. Tout en restant lucide (je pouvais toujours écourter ma séance du matin et en faire une autre le soir), j’ai choisi un parcours qui ne me laisserait pas le choix de courir en m’éloignant de chez moi, de sorte que même si l’envie d’abandonner survenait et bien le choix de continuer serait plus judicieux. Dès lors, j’ai surnommé cette dernière sortie « Le Tour des 4 lacs ».

La veille au soir avait vu l’arrivée de la pluie, alors c’est vrai que lorsque au lever du jour j’ai vu poindre les premiers rayons de soleil cela m’a donner un boost d’énergie💪💪. Dans l’ordre, lac de Tours, Saint-Avertin, Chambray et Joué-les-Tours. Et pour le final j’avais prévu une zone de confort entre le lac de joué et la route de Savonnières, ce bon kilomètre en faux plat descendant qui est emprunté lors du Triathlon de Joué. La partie la plus pénible a été le tronçon entre le lac de Chambray et celui de Joué, parce qu’il intervient au milieu de la séance et qu’à ce moment je commençais vraiment à sentir la douleur dans mes muscles, et j’avoue que je commençais sérieusement à en avoir marre de ces conneries😤😜!! Mais au fur et à mesure que le kilomètres défilaient, je sentais éclore en moi ce sentiment de satisfaction et de fierté du devoir accompli, et en plus avec la manière puisque j’allais terminer avec 2 jours d’avance!

Mais que les 5 derniers kilomètres furent pénibles. Un peu comme le mur du marathon, oui en fait c’est ça, un mur. Mais je n’allais quand même pas abandonner à 5km de l’arrivée, soit pour 2,5% du kilométrage total de ma semaine. NON😡, NON😡 et NON😡!! On ne s’arrête pas maintenant!!!
Et voilà comment cela s’est terminé avec la vidéo ci-dessus, même si j’ai continué à courir pour rejoindre mon domicile, ce qui au total m’a fait une sortie de 37,95km (j’ai presque regretté de n’avoir pas fait les 4km en plus qui m’aurait valu un marathon😮!).
J’avoue, j’étais rincé…mais satisfait👏. J’avoue aussi que les déplacements de l’après-midi ne furent pas très bien coordonnés, mais qu’importe puisque je n’avais pas à effectuer la sortie du soir🤗!

V. Conclusion

Alors je l’ai fait et ce qui est fait n’est plus à faire, et tant mieux car je n’ai pas envie de le refaire (ouais, ouais, on dit toujours ça au début). Mais c’est une expérience enrichissante que je ne regrette pas🙂.
Tout d’abord, pour revenir à mes sensations, le samedi a été difficile en début de journée mais plus les heures ont défilé et plus mon corps c’est accommodé de tous ces efforts. Le lendemain, la journée fut normale avec quelques raideurs, c’est tout. Je suis donc assez surpris de ma récupération, même si cette semaine je ne vais pas courir; et à l’heure où j’écris ces lignes (jeudi) je ne me ressens plus d’aucune douleur.

Alors qu’est-ce que cela a bien pu m’apporter de faire ça🙄? Au delà du dépassement de soi et de la découverte de certaines capacités cachées, c’est la surprise de l’avoir fait sans trop de peine alors que c’est le type d’effort que je n’aime pas. Je retiendrai surtout la faculté de mon esprit à s’être automatiquement mis en mode commando dès le premier jour avec comme pensée unique « tu as commencé, tu fini! ». Je ne me suis jamais posé la question d’un éventuel renoncement. Et à la question qui vient à la fin: « devrai-je me mettre à faire de l’ultra? »…bah non, vraiment je n’aime pas ça ce genre d’effort! Attention, je n’ai pas dit jamais😉…

Aussi, dans cette période difficile, ça m’a donné un sacré boost, un bon coup positif au mental, notamment pour la suite. Au final, tant pis si les choses ne reviennent pas à la normale tout de suite, je m’inventerai un nouveau défi!! (en fait non j’ai vraiment envie de faire le trail hivernal du Sancy!!!)

Voilà, j’ai eu plaisir à partager cette semaine avec vous et quelque part ce partage m’a mis une petite pression🍺 et une bonne motivation.
J’ai apprécié vos messages d’encouragements🥰.
Peut-être en ai-je remotivé un ou deux😁?
Dans tous les cas vivement 2021 pour que le calendrier habituel reprennent ses droits!!! Franchement, quelle année 2020🤯! Et toi, c’est quoi ton prochain défi?

Et comme j’aime❤️ à dire: 🏹Seul l’archer voit le but sur le chemin de l’infini🏹

Ma semaine en détail

Retrouvez d’autres récits dans l’onglet « Une histoire d’un coureur »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s